TIMISOARA : A LA FAVEUR DE L’AUTOMNE

Nombreux sont les lieux que j’ai eu la chance de traverser au cours de mon expérience Interrail. Retracer ce parcours est l’occasion de vivre le voyage une seconde fois et passer alors par l’étape du jour : Timisoara.

Les 27 et 28 Décembre 2018

Capitale européenne de la culture en 2021, elle est aussi le point de départ de la révolution roumaine, focus sur un symbole culturel roumain…

Vous venez peut être de le lire ou cela ne saurait tarder, j’ai pu découvrir la Roumanie en quatre temps au départ de mon Interrail. Plaine, montagne, mer, capitale. Printemps, été, automne, hiver. Quatre différents paysages qui suggèrent quatre différentes saisons à ma mémoire, et me ramène dans les souvenirs d’un pays agréablement riche et varié. Aujourd’hui, direction Timisoara, à l’Ouest du pays.

Une « plaine » d’histoire

Dans ma découverte de la Roumanie, la ville de Timisoara est celle que je vois la saison qui emporte avec elle la fin d’une (belle) histoire, la fin des beaux jours. C’est une saison morose, une saison pluvieuse. C’est celle qui emporte ma vie en communauté, ma vie de sédentaire. C’est pour beaucoup celle qui passe le moins rapidement.  C’est une saison colorée par les fleurs et les arbres qui fanent. 

Timisoara, c’est un peu cela. Colorée, par ses bâtiments qui annoncent l’Europe centrale lorsque l’on arrive de l’Orient. C’est une ville qui marque un tournant, dans mon aventure, et dans l’histoire roumaine. C’est d’ici, une fois les montagnes laissées derrière nous, que « l’été » communiste de Ceausescu a commencé par prendre fin, la révolution émergent par l’Ouest roumain. C’est ici que j’y ai connu la pluie. Le début de la solitude et le grand départ vers l’Ouest pour 23 jours. Car avant, c’était en train, c’était bien, mais là c’est différent. Après avoir rapidement fait le tour de la ville dont le centre se visite en quelques heures, voici venu le temps de profiter de la vie de l’Est en hiver, et des premières rencontres. Culture mexicaine et roumaine pour ce premier jour de solitude, d’autres viendront…

Et comme la saison (l’hiver ndlr) était propice au marché nocturne, s’y balader le soir après avoir découvert la ville nous rappelle une dernière fois avant de migrer, que la Roumanie est loin et loin d’être décevante…

Une réflexion sur “TIMISOARA : A LA FAVEUR DE L’AUTOMNE

  1. Ping : INTERRAIL : DE LA MER NOIRE A LA MER DU NORD – La Carte de Sim

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s